Parc national de Kasanka



Le parc national du Kasanka couvre une superficie d’environ 390 kilomètres carrés et se situe dans la région du Serenje en Zambie. Véritable sanctuaire situé à la lisière sud ouest du bassin du lac Bangweulu, il est l’un des plus petit parc nationaux de Zambie. Ce parc est très riche en rivières, lacs, lagunes, forets et prairies et héberge une foule d’animaux sauvages et d’oiseaux. Le parc a obtenu son statut en 1972.

Histoire du parc Kasanka

Il y a encore 15 ans, ce parc a failli dépérir à cause du braconnage. C’est grâce à l’intervention de David Lloyd, un expatrié britannique qui a vécu de nombreuses années en Zambie que le parc a pu être sauvé. En effet, en visitant le parc en 1985, il a entendu des coups de feu de braconniers. Il en a conclut que si il entendait des coups de feu, c’est que des animaux devaient y vivre. Il a donc fait équipe avec un agriculteur local, a demandé des fonds et avec ses économies, il a demandé l’autorisation officielle de remettre en état le parc du Kansanka. Ils ont donc construit des camps touristiques, des routes et des ponts et mis en place une récolte de fonds pour ce projet communautaire. Lentement, l’affluence de touristes a permis de récolter l’argent nécessaire à la sauvegarde du parc et à l’aboutissement de ces projets. 3 ans après, les organismes officiels de Zambie ont été suffisamment impressionnés pour signer un accord de 10 ans permettant la gestion complète du parc en collaboration avec le « National Parks » et le « Wildlife Services ».

Le Kansaka Parc en renaissance

Aujourd’hui, bien que la vie animale du parc ne soit pas aussi trépidante que celle des grands parc nationaux, vous y trouverez quelques uns des oiseaux les plus rares de Zambie se trouvant dans les forets marécageuses, les prairies inondables du Parc. Il y a également de grandes possibilités de pêche. Des bateaux sont en location, mais il faudra vous équiper vous même avec votre matériel de pêche.

En voie de reconstitution, le Kansaka a de nouveaux des hippopotames, des antilopes des sables. Des troupeaux à l’époque réduit à quelques dizaines de têtes commencent à se reconstituer dépassant parfois les 1500 animaux. Les éléphants apparaissent aussi de plus en plus. En collaboration avec le « BridLife », des zones de promenades ont été aménagées à travers les plaines herbeuses. Plus de 330 espèces d’oiseaux ont été répertoriées dans le parc comme le balbuzard, la grue ou les cigognes.

Auteur : Bonbon